Transport Publique à Bamako

Il y a quatre modes majeurs de transport à Bamako : Les SOTARAMAS, les taxis, les cars, et les buses. Le fleuve Niger n’est pas utilisé pour le transport de peuple à Bamako, mais il est utilisé pour le transport de Bamako à des autres régions au Mali. Généralement, c’est le pauvre qui prend le Sotrama parce qu’il est le mode le moins cher. Par exemple, un billet de Sotrama coute entre 100 et 300 CFA, et c’est la destination qui détermine le prix. Le prix n’est pas négociable, c’est fixé. Cependant, le prix pour un taxi est vraiment négociable, et les prix sont entre 500 CFA and 6000 CFA. Par exemple, pour aller de l’aéroport à centre ville, le billet coute 6000 normalement. Malheureusement, il n’y a pas de considération spéciale pour les handicapés. Il y a des modes de transport en commune qui va de Bamako à des autres régions au Mali. Par exemple, un car à Tombouctou coute 15.000 CFA.

LE PROCESSUS POUR DEVENIR UN CHAUFFEUR DE TAXI OU SOTARAMA

Généralement, au début la plupart de chauffeurs commence d’apprendre de conduire quand ils sont apprenties. Pour obtenir un permit de conduire, on doit passer un examen (code de la route) et un test dans une voiture. Le premier permis s’appelle le BC, et on peut l’obtenir quand on a 18 ans. Le deuxième permit s’appelle le BCD, et si on veut conduire un Sotrama ou un taxi, on a besoin de celui-ci. J’ai parlé avec un chauffeur de taxi, et il m’a dit que il était difficile d’obtenir son permit, mais il aimait d’être un chauffeur de taxi. Le processus prend beaucoup de temps, mais il était content avec son travail.

SOTARAMAS

Le system de Sotramas me fascine, et ils sont comme le cœur de transport en commune à Bamako. Le mot « Sotrama » veut dire « Société de Transport du Mali ». Ils sont contrôlés par le syndicat (pas de l’état) et le syndicat est divisée dans deux sections par le Niger. Le syndicat détermine qu’il y a quelques routes qui sont assigné pour sotramas spécifiquement, et qu’il y a des autres sotramas sans des routes spécifiques. Un chauffeur de sotrama peut obtenir une carte spéciale que permettrait le sotrama d’aller quelque part à Bamako. Si un Sotrama est conduisant dehors de leur route assigne, le syndicat peut eux arrêter. Généralement, le system est bien contrôlé est le syndicat sait où chaque sotrama peut aller.

Chaque sotrama est possédé et entretient par un propriétaire ou une association, et chaque peut possède plusieurs sotramas. Le propriétaire et le chauffeur ont un marché unique, et c’est le chauffeur qui paie le propriétaire par leur marché. Après ça, le chauffeur doit paie l’assistant et le pétrole, et ensuite il peut garder le reste de l’argent pour lui-même. Chaque cas est différent.
Il y a des lois sur le capacité et la vitesse des sotramas. Ils sont déterminés par une spécialiste au centre de transport en commune de Bamako. La capacité (typiquement 23 personnes) est le limite de vitesse (50 km/hr) est déclaré au derrière de chaque sotrama. Il n’y a pas d’horaires pour les sotramas, mais ordinairement ils opèrent de 5 heures de matin à 1 heure de matin. Il y a quelques stations majeures pour trouver des sotrama, mais la plupart de stations sont décentralisé. Si un chauffeur est attrapé conduisant trop rapidement ou de la façon agressive, l’amende est la même de tous de les autres moyens (mais ça passe rarement).

Si un chauffeur devient fatigué, il peut donner le contrôle à un autre (non-officiel) pour que le sotrama peut continuer conduire et gagner l’argent. Cette personne non-officielle s’appelle « the american ». Et quand « the american » devient fatigué, il peut donner le contrôle à « the japanese ». La personne à la fin s’appelle « the jamaican », et cette personne est célèbre pour leur faculté de conduire très mal. Chaque personne garde un peu d’argent, mais il doit payer une quantité spécifique à le personne qui il remplacé. Avec ce système, le sotrama n’arrête jamais.

Au début, les modes de transport à Bamako semblent un peu désorganisés, mais en réalité, il y a beaucoup de règles. La plupart de véhicules sont en une mal état et contribue à la pollution d’air ; peut-être une solution est de commence d’avoir des lois sur les émissions.


1 comment

  • mohamed

    mohamed abidjan

    très bon article avec des infos utiles

    très bon article avec des infos utiles

Add comment